Lugdunum, Musée et théâtres romains, 20.6.-1.12.2019

LUGDUNUM – Musée & Théâtres romains reprend et développe une exposition conçue par le Musée romain de Nyon sous la direction de Véronique Dasen, professeure d’archéologie classique à l’Université de Fribourg. Cette exposition vous invite au jeu de la découverte sous le signe du multimédia et de l’interactivité.
Plus de 300 objets venus de près de 40 musées, en Suisse, en France et en Italie se trouvent dans l’exposition. Certaines pièces sont uniques, tels ces éléments de dînette conservés à Reggio Emilia en Italie. Ces collaborations sont exceptionnelles, car les témoignages archéologiques en rapport avec le jeu sont rares. Tous ces objets s’échelonnent sur plus de deux millénaires, du 6e av. J.-C. à aujourd’hui avec ldes fenêtres ouvertes sur les jeux et jouets des enfants des sociétés rurales du Maroc contemporain (collection J.-P. Rossie, Musée de Moirans), la réception de l’Antiquité dans les jeux de société (Prof. Ulrich Schädler, Musée suisse du jeu, la Tour-de-Peilz) et les jeux vidéo (Odyssée).
Cette exposition fera date car la dernière grande exposition sur les jeux et jouets antiques s’est déroulée il y a 30 ans à Marseille (Jouer dans l’Antiquité 1991). Elle marque aussi un jubilé, le 150e anniversaire d’une œuvre pionnière, Les jeux des Anciens de Louis-Aimé Becq de Fouquières (1869).
L’exposition met en scène la place des jeux et jouets au cours de la vie, de la petite enfance à l’âge adulte. Depuis les hochets du tout-petit, en passant par les jouets mobiles, les poupées, les dînettes ou les osselets, l’exposition s’intéressera également aux jeux collectifs ou jeux de société. Certains jeux sont encore pratiqués aujourd’hui, comme le jeu des 12 points (l’ancêtre du backgammon), d’autres ont complètement disparu comme les noix ou l’ephédrismos, ou jeu du porteur, d’autres sont en train de disparaître, comme ceux qui étaient pratiqués avec des osselets. La plupart des dés antiques avaient la même apparence que nos dés modernes, d’autres ont un aspect différent qui pourrait s’expliquer par leur fonction divinatoire. L’exposition se penchera sur le rôle du jeu dans la vie privée et publique, et mettra en évidence les fonctions tantôt profanes ou sacrées des jouets qui ont souvent constitué des offrandes lors des rites de passage à l’âge adulte.
La question des jeux et jouets dans l’Antiquité connaît depuis quelques années un vif regain d’intérêt dans le milieu scientifique et le grand public. Loin d’être futile, la culture ludique possède de nombreuses facettes qui intéressent une large audience à l’heure où le jeu occupe à nouveau une place centrale dans la vie de tous le jours. Le sujet invite à s’interroger sur les rapports de genre, l’équilibre entre norme sociale et d’excès, la relation entre jeu et éducation, ou encore sur le jeu comme promoteur de relations intergénérationnelles et interculturelles.

Fréquentation 2019 : 35’518 visiteurs